Activité physique réguliére

La sédentarité est l'un des facteurs de risque des nombreuses pathologies telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, l'obésité, l'hypertension ou encore certains cancers. Cette raison est-elle suffisante pour motiver les Francais à bouger et à respecter les recommandations selon lesquelles une demi-heure minimum de marche rapide par jour est requise ?

Selon l'organisation mondiale de la santé (OMS), l'inactivité physique a provoqué environ 1,9 million de décès en 2001. Elle est à l'origine de 10 à 16% des cas de cancer du sein, du côlon et du rectum, de diabète sucré, et d'environ 22% des maladies cardiaques.
Il ne faut pas penser qu'il existe un seuil d'efficacité de la dépense physique supplémentaire à pratiquer au quotidien. Il faut au contraire souligner que même une petite augmentation de l'activité physique s'accompagne d'importants bénéfices sur le plan de la santé et du moral . De plus, il n'est jamais trop tard pour commencer.

La pratique d'une activité physique régulière et modérée a pour effet d'augmenter l'endurance du coeur, des muscles, du squelette, mais elle a aussi une influence positive sur les facteurs de risque de maladies cardio vasculaires. (effet régulateur de la pression artérielle ...)

Le cœur est un muscle, et si vous n'avez que le temps d'entraîner un seul d'entre eux, entrainez votre coeur !
Tout muscle ou tout organe, n'a que la capacité de son niveau de sollicitation (Wolt, Busch et Mellerowicz, 1973).

Ces vingt dernières années, il a été prouvé que l'exercice physique régulier après un accident cardiaque et chez les sujets à risque cardio vasculaire élevé permettait à la majorité d'entre eux un retour à une vie sociale normale. L'entraînement physique a des effets favorables sur le taux de cholestérol, la régulation de la glycémie et la diminution de la surcharge graisseuse. Il motive les malades coronariens à l'arrêt du tabagisme.

Notre mode de vie moderne a bouleversé beaucoup de nos habitudes, à commencer par notre alimentation et par l'activité physique. En effet, les occasions de bouger se sont considérablement réduites (moyens de transport, diminution des tâches manuelles, nouveaux loisirs sédentaires, etc.).

Prévalence (en %) de l'exposition aux divers facteurs étiologiques des maladies cardio-vasculaires. L'inactivité physique a une grande part de responsabilité dans la survenue d'un accident cardio vasculaire :

 

 

  


Hommes 

             

35-44 ans

48.6

20.2

12.1

13.5

12.5

2.9

1.1

45-54 ans

43.1

25.7

16.9

18.3

14.7

4.8

1.1

55-64 ans

37.4

23.5

21.0

22.3

12.5

10.1

3.3

65-74 ans

22.8

21.6

27.1

27.1

12.7

7.1

3.2

Femmes 

             

35-44 ans

38.8

12.9

13.3

8.5

20.1

0.9

0.8

45-54 ans

36.1

28

19.3

18.2

24.2

3.6

2.9

55-64 ans

24.2

49.7

30.8

31.2

30.9

4.1

3.2

65-74 ans

10.2

51

39

47.6

27.2

9.6

6.1

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×